Sélectionner une page

Avez-vous remarqué la sensibilité de personnes par rapport au mot ?

N’avez-vous jamais constaté, vu, une personne réagir sur un mot ? Une phrase qui vous est anodine ?

Nous avons tous une perception différente.

Il est évident que des mots porteurs d’émotions, représentatifs de situations, de contextes sont des révélateurs et provoquent des réactions : Pleurs, colère, fureur, fuites, ……

Des exemples ?

Je prendrais, innocemment( ?), des mots comme : Voleur, mentir, injustice.

Le mien est « INJUSTICE ».

Pour une personne que je côtoie, c’est « VOLEUR ».

Pour une autre personne, c’est « Etre pris pour » je ne dirais pas de quoi, mais vous devinez aisément que ce n’est pas l’aspect positif qui le met en colère.

Ces réactions, et je viens d’en vivre une intense, ne sont pas anodine et demande une pose pour comprendre.

Dans mon cas, il m’a fallu relire plusieurs fois pour comprendre que l’injustice était présente dans le mail reçu. Je ne l’avais pas perçu à la première lecture mais mon inconscient, lui, Oui. Et je me suis retrouvé dans un état de colère, de fureur.

Mon premier reflexe aurait été de répondre, mais les mots dans les courriels ont une portés plus fortes que de simples mots donnés oralement. Je me suis abstenu de le faire. Pardon, j’ai fait une réponse, simple, courte mais sans plus de mot. ½ ligne au plus.

Après, j’ai relu plusieurs fois ce mail et j’ai fini par voir qu’il y avait une injustice qui me concernait. J’ai passé la nuit à ressassé ce mail et la réponse que je veux faire. La poussé de la colère m’a donnée un éveil qui n’a d’égale que la somnolence vécu le lendemain.

Mais d’où vient cette réaction à l’injustice ? Comment ces mots que seul mon inconscient avait décryptés ont pu me mettre dans cet état ?

Est-ce le fait d’avoir un bouc émissaire des « copains » danq mes premières années de scolarité ?

Ou cela provient-il de mémoire cellulaire ? Antérieure ? De vie passée ?

Là, il me faut faire une autre pose. Mais à la limite ce n’est pas la réponse qui m’intéresse, mais le fait d’évacuer ces émotions et ainsi de me libérer de ce poids.